Page en cours de chargement

  
    
     
trans

 

Le site de Ann Rocard

 

[fr]
trans
[en]

 

Accueil

 

Nouveautés

 

Liens

 

Stats

 

 

Admin

trans

Présentation et bibliographie

Bibliographie
Cliquez (biblio) !
Divers
BIOGRAPHIE. Questions-réponses
Où se procurer livres et CD
Vous cherchez un thème ?
x Ecole Ann Rocard .....
° Âge ciblé
Vous cherchez des conseils en fonction de l'âge ciblé ?

trans

Théâtre, Marionnettes et Musique


• Cliquez !

trans

Recherche sur le site

trans

trans

trans

Contes traditionnels (faciles) : La petite sirène

LA PETITE SIRÈNE

raconté par Ann Rocard
d'après Andersen



Envoyez-moi vos illustrations en précisant les noms et adresses de l'école


Le roi de la mer avait six filles aux yeux bleu sombre et à la queue de poisson.
À l'âge de quinze ans, les princesses avaient le droit d'aller voir le monde des humains.

Quand elle eut quinze ans,
la plus jeune des princesses s'éleva, légère comme une bulle, vers la surface de la mer.
Elle découvrit un vaisseau à trois mâts.
À bord, un jeune prince aux grands yeux noirs fêtait ses seize ans.

Soudain un grondement se fit entendre.
Le vent se mit à souffler. Des nuages noirs s'assemblèrent.
Les vagues s'élevaient comme des montagnes au-dessus du bateau qui commença à couler.
Où était donc le prince ?
La petite sirène l'aperçut enfin : il s'enfonçait dans les flots.
Elle nagea jusqu'à lui et tint sa tête hors de l'eau jusqu'au rivage.

Au matin, la tempête s'était calmée.
La petite sirène déposa le prince sur une plage.
Peu après, des jeunes filles sortirent d'une grande maison et accoururent.
Vite, la petite sirène s'éloigna du rivage pour observer ce qui allait se passer.

Une jeune fille aux yeux bleu sombre s'approcha.
Le prince s'éveilla et lui sourit.
Ah, comme la petite sirène aurait aimé vivre dans le monde des humains avec ce beau prince ! Malheureusement, les hommes avaient horreur des queues de poisson...
Alors elle regagna tristement le château de son père.

Là, elle interrogea sa vieille grand-mère :
« Est-ce que tous les hommes finissent par mourir ?
— Oui. Ils vivent moins de cent ans,
mais ils ont une âme qui s'élève jusqu'aux étoiles quand ils meurent.
— Que dois-je faire pour avoir une âme immortelle comme les humains ?
demanda la jeune princesse.
— Il faudrait qu'un homme t'aime plus que tout
et qu'il t'épouse », expliqua la vieille grand-mère.

Le soir même, la petite sirène alla trouver la sorcière marine
qui habitait dans un gouffre où l'eau tourbillonnait...
La sorcière éclata d'un rire terrible :
« Ah, ah, ah !
Voici une potion qui transformera ta queue de poisson en deux horribles jambes.
Mais à chaque pas que tu feras, tu auras l'impression de marcher sur un couteau tranchant.
Tu ne seras jamais plus une sirène.
Et si le prince épouse une autre femme,
ton cœur se brisera et tu deviendras écume sur la mer. Le veux-tu ?
— Oui, dit la jeune princesse en tremblant.
— Il faut que tu me paies et que je te coupe la langue, ajouta la sorcière marine.
Donne-moi ta voix qui est merveilleuse. »

La petite sirène accepta, prit la potion et s'éloigna vers le château du prince.
Elle s'assit sur le rivage et but l'horrible boisson.
Ce fut comme si une épée lui traversait le corps et elle s'évanouit...
Sa queue de poisson avait disparu !

Quand elle ouvrit les yeux, elle aperçut le prince.
« Qui êtes-vous ? D'où venez-vous ? » demanda-t-il.
Hélas, la petite sirène ne pouvait plus parler.

Alors le prince lui prit la main en lui disant qu'elle resterait toujours près de lui.
Un jour, il lui confia même son secret :
« J'aime une jeune fille qui m'a sauvé la vie, et tu lui ressembles. »

On racontait que le prince allait épouser la fille du roi voisin,
mais la petite sirène ne le croyait pas.
« Je dois aller la voir, expliqua le prince.
Heureusement, personne ne peut m'obliger à l'aimer.
Viens avec moi. »

La petite sirène accompagna donc le prince sur un grand vaisseau.
Quand le bateau entra dans le grand port du royaume voisin, les trompettes résonnèrent.
La princesse s'approcha ; elle avait des yeux bleu sombre comme ceux de la petite sirène.
« C'est toi qui m'as sauvé ! » s'écria le prince en la prenant dans ses bras.

La petite sirène sentit son cœur se briser.
Demain, elle ne serait plus qu'une écume sur la mer.

Le mariage fut aussitôt célébré.
Au coucher du soleil, les nouveaux mariés montèrent à bord du vaisseau qui quitta bientôt le port.

Pendant la nuit, la petite sirène aperçut ses sœurs à la surface des vagues.
Leurs beaux cheveux ne flottaient plus au vent.
« Nous les avons donnés à la sorcière, dit l'aînée.
Prends ce couteau, enfonce-le dans le cœur du prince et tu redeviendras sirène.
La sorcière nous l'a promis. »

La petite sirène prit le couteau et s'approcha des nouveaux mariés.
Elle embrassa le prince, puis elle lança le couteau dans les vagues.

Quand le soleil glissa à l'horizon,
la petite sirène ne sentit pas la mort.
Grâce à son amour, elle ne serait jamais une écume de mer
et elle aurait un jour une âme immortelle.
Pour la première fois, elle sentit des larmes couler sur ses joues.
Elle vit le prince et sa jeune femme qui la cherchaient tristement des yeux, croyant qu'elle s'était noyée.
Alors la petite sirène, devenue invisible, se mit à chanter et s'envola vers les nuages.

Écoutez-la chanter... elle a retrouvé sa voix.


Date de création : 20/11/2009 : 16:01
Dernière modification : 14/05/2011 : 09:31
Catégorie :
Page lue 4050 fois

Prévisualiser la pagePrévisualiser la page

  

Imprimer la pageImprimer la page

trans

Réactions à cet article

Réagir à cet article [ Réagir à cet article ]


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Jeux (lecture et autres)



Jeux de lecture

Jeux de l'oie, de Kim...

trans

À LIRE !

 Histoires (enfants)
 Nouvelles (ados-préados)
 Nouvelles (adultes-gds ados)
 Petites histoires faciles
 Théâtre et narration
 Théâtre à lire et à jouer

trans

Textes interactifs

Chansons

Ecrire avec l'auteure


Textes


Poésies

trans

Artistes

Patrick Rocard
et Nini Geslin -


Galerie de l'auteure


Adret-WebArt


Théâtre de l'Astragale


trans

trans

Haut

trans

Tous les textes présents sur ce site sont la propriété exclusive de l'auteur
conformément au CPI, Code de la Propriété Intellectuelle du 1er juillet 1992

trans

Site fonctionnant sous GuppY v3.0p1 - GNU Public License - © 2002-2004