Page en cours de chargement

  
    
     
trans

 

Le site de Ann Rocard

 

[fr]
trans
[en]

 

Accueil

 

Nouveautés

 

Liens

 

Stats

 

 

Admin

trans

Présentation et bibliographie

Bibliographie
Cliquez (biblio) !
Divers
BIOGRAPHIE. Questions-réponses
Où se procurer livres et CD
Vous cherchez un thème ?
x Ecole Ann Rocard .....
° Âge ciblé
Vous cherchez des conseils en fonction de l'âge ciblé ?

trans

Théâtre, Marionnettes et Musique


• Cliquez !

trans

Visites

  visiteurs

  visiteurs en ligne

trans

Recherche sur le site

trans

trans

trans

(9-13 ans) Azertyuiop à Versailles

J’ai commencé à inventer les aventures d’Azertyuiop (première ligne du clavier) quand j’avais 10 ans, en tapant sur la vieille machine de mon grand-père. Cette histoire est parue dans Hachette-Vacances.
Voulez-vous lire d’autres épisodes ?



Azertyuiop à Versailles - Ann Rocard



Que le jardin du château de Versailles est agréable ! Des fleurs de tous les côtés... Hum, je me sens revivre.
Soudain, une main se pose sur mon épaule et une voix caverneuse me dit :
« Comment allez-vous, cher monsieur Azertyuiop ? »
Je me retourne. Qui est donc ce bonhomme ? Que me veut-il ?
« Comment connaissez-vous mon nom, monsieur l’Inconnu ?
— Il est écrit sur votre visage, cher monsieur Azertyuiop ! »

Sur mon visage ? Il est complètement fou ce bonhomme-là ! Je sors discrètement une petite glace de ma poche... Incroyable ! Sur mon front sont tracées quelques lettres majuscules : AZERTYUIOP !
Le drôle de bonhomme sourit :
« Vous voyez bien que j’ai raison. D’ailleurs, je ne me trompe jamais. »

Que m’arrive-t-il ? J’ai dû prendre un coup de soleil sur la tête.
Le bonhomme est toujours là, guettant mes réactions. Il semble bizarre : une perruque blonde, des moustaches en bataille, un gros nez jaune, un sourire bête...
« Oh, là, monsieur Azertyuiop ! Le nez jaune : passe encore. Mais le sourire bête : je ne vous permets pas de vous moquer ainsi de moi ! »
Ça alors : cet homme lit dans mes pensées ! Il faut que je m’en aille d’ici le plus vite possible. Vite : un hôpital ! Appelez les pompiers ! Je suis en train de devenir fou à lier !

Je veux m’enfuir, mais l’homme me retient et fronce les sourcils :
« Calmez-vous, monsieur Azertyuiop ! Vous n’êtes pas fou. Vous ne rêvez pas non plus ! Vous êtes bien dans le parc du château de Versailles. Mais ne trouvez-vous pas votre costume un peu ridicule ? »
Ridicule, mon complet du dimanche ? Ridicule ? Au contraire, il est de la dernière mode : gris à rayures bleues !
Mais le bonhomme se moque de moi :
« Gris à rayures bleues ? Eh, eh, eh... un complet rayé : je suis sûr que personne n’oserait porter un vêtement pareil ! »
Oh ! Ce casse-pieds va se prendre mon poing sur le nez.

Mais que se passe-t-il encore ? Cet homme bizarre a changé de coiffure : il porte à présent une perruque poudrée. Il est déguisé en Louis quelque chose...
L’homme hoche la tête et conseille :
« Cher monsieur Azertyuiop, à votre place, je changerais de costume. Le ridicule tue encore à notre époque. Nous ne sommes pas au temps des rockers. »
Soudain, je découvre des passants, eux aussi déguisés. Ça y est : je comprends enfin ce qui se passe ! On est en train de tourner un film et cet homme bizarre n’est qu’un acteur qui se moque de moi.
Mais le bonhomme s’impatiente :
« Azertyuiop, ai-je l’air de m’amuser ?
— Non, monsieur !
— Est-ce que je ressemble à un acteur, monsieur Azertyuiop ?
— Peut-être...
— Voyez-vous des caméras ?
— Non, monsieur !
— Et là-bas, près du hameau, apercevez-vous quelqu’un ? »
J’écarquille les yeux : on dirait la reine Marie-Antoinette et le roi Louis XVI ! Quand je raconterai cela à mes amis, ils ne me croiront certainement pas.

Le bonhomme m’entraîne dans un coin :
« Ce sont réellement Marie-Antoinette et Louis XVI ! Comte Azertyuiop, un peu de tenue à présent !
— Comte, moi ?
— Mon cher Comte, arrêtez de faire l’imbécile ! »
Le bonhomme me tend alors un costume, une perruque et des souliers, et il m’explique à voix basse :
« Nous sommes dans une période de troubles, en France. Louis XVI a réuni les états généraux.
— Il y belle lurette que je suis au courant !
— Comte Azertyuiop, ne faites pas de mauvais esprit ! Marie-Antoinette profite de ses derniers beaux jours... »
Soudain, j’éclate de rire : j’ai vraiment affaire à un fou qui croit vivre deux siècles en arrière.
« Ah, ah, ah ! Écoutez, monsieur le duc de Truc-machin-chouette, j’en ai assez de toutes vos histoires. Fichez-moi la paix !
— Comte Azertyuiop, vous devenez grossier. Je vais me fâcher tout rouge... »
Sans me méfier, je lui réponds aussitôt :
« Allez-y ! N’hésitez pas ! J’ai hâte de voir ce que donnera un nez jaune virant au rouge... Ah, ah, ah ! »

Vlan ! J’ai à peine le temps d’apercevoir un énorme poing... et je m’écroule, assommé.
Quand j’entrouvre les yeux, je ne reconnais rien autour de moi. Des murs gris ? Des barreaux aux fenêtres ? Où suis-je ? Et pourquoi ai-je une bosse sur le front ? Tout à coup, la balade au parc du château de Versailles me revient à l’esprit.
« Nom d’une pipe ! Je ne rêvais pas ! Me voici prisonnier ! Ah, ce sale bonhomme, si je le tenais, je lui tordrais le cou ! »
À cet instant précis, la porte s’ouvre et l’homme bizarre apparaît :
« On me traite de sale bonhomme, mon cher Comte ?
— Oui ! Pourquoi suis-je en prison ?
— Mais c’est la révolution de 1789 ! répond le bonhomme en soupirant. Vous ne connaissez pas votre histoire de France ?
— La réréré... la rérévo ?
— Arrêtez de bégayer, Comte Azertyuiop, ça ne changera pas le cours de l’histoire. »

Dehors, des cris fusent de tous côtés. Je m’approche de la petite fenêtre grillagée et je referme aussitôt les yeux. Incroyable ! Il y a des révolutionnaires partout : des milliers de sans-culottes culottés ! Les livres d’histoire n’ont pas menti !
« Surtout, soyez patient : votre tour viendra, dit le bonhomme.
— Quel tour ? Un tour de magie ou un tour de France à vélo ?
— J’espère que vous aurez autant d’humour quand vous glisserez votre tête sous le couperet de la guillotine, mon cher Comte.
— Taisez-vous ! Je ne suis pas Comte ! Je suis Azertyuiop, livreur de glaces pour un grand restaurant. »
L’homme me lance un regard mauvais et ricane :
« Pendant que vous dormiez, le Tribunal révolutionnaire vous a condamné à mort... Eh, eh, eh... »
Quoi ? Je porte les mains à mon cou, mon cou si délicat, si sensible. Guillotiné ? Moi, Azertyuiop, qui n’ai jamais fait de mal à une mouche ? Moi, l’ami des hommes et des animaux ?
Et l’homme referme la porte...

Sur la place, la guillotine est dressée. Un homme monte les marches une à une. Cet homme a les mêmes yeux que moi, les mêmes cheveux que moi... Cet homme me ressemble ! Autour de moi, les murs se mettent à danser, à tourbillonner... et je tombe, sans connaissance.

Plusieurs jours ont passé. Un matin, une femme me retrouve couché sous une porte cochère, non loin de la place de la Bastille. Ma nuque est toute gonflée et une bosse violacées orne mon front.
J’entrouvre les yeux... La Bastille a disparu ; plus de prison ni d’échafaud, plus de bonhomme au nez jaune...
Les passants me regardent, étonnés. Les plus inquiets préviennent l’hôpital le plus proche. Et moi, Azertyuiop, je ne comprends toujours pas ce qui m’est arrivé.
Quelqu’un pourra-t-il me l’expliquer ?


Date de création : 27/11/2006 : 22:37
Dernière modification : 20/12/2012 : 10:18
Catégorie : Nouvelles (ados-préados)
Page lue 6363 fois

Prévisualiser la pagePrévisualiser la page

  

Imprimer la pageImprimer la page

trans

Réactions à cet article

Réagir à cet article [ Réagir à cet article ]


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Jeux (lecture et autres)



Jeux de lecture

Jeux de l'oie, de Kim...

trans

À LIRE !

 Histoires (enfants)
 Nouvelles (ados-préados)
 Nouvelles (adultes-gds ados)
 Petites histoires faciles
 Théâtre et narration
 Théâtre à lire et à jouer

trans

Textes interactifs

Chansons

Ecrire avec l'auteure


Textes


Poésies

trans

Artistes

Patrick Rocard
et Nini Geslin -


Galerie de l'auteure

Théâtre de l'Adret

Théâtre de l'Astragale


trans

trans

Haut

trans

Tous les textes présents sur ce site sont la propriété exclusive de l'auteur
conformément au CPI, Code de la Propriété Intellectuelle du 1er juillet 1992

trans

Site fonctionnant sous GuppY v3.0p1 - GNU Public License - © 2002-2004