Page en cours de chargement

  
    
     
trans

 

Le site de Ann Rocard

 

[fr]
trans
[en]

 

Accueil

 

Nouveautés

 

Liens

 

Stats

 

 

Admin

trans

Présentation et bibliographie

Bibliographie
Cliquez (biblio) !
Divers
BIOGRAPHIE. Questions-réponses
Où se procurer livres et CD
Vous cherchez un thème ?
x Ecole Ann Rocard .....
° Âge ciblé
Vous cherchez des conseils en fonction de l'âge ciblé ?

trans

Théâtre, Marionnettes et Musique


• Cliquez !

trans

Recherche sur le site

trans

trans

trans

NOUVEAU : Le magicien du désert

En cours d'installation...

LE MAGICIEN DU DÉSERT
de Ann Rocard



J'avais écrit cette nouvelle il y a fort longtemps.
En 2012, je l'ai transformée en une version théâtrale, parue dans un recueil de plusieurs pièces, "Au four et au moulin".



« Au four et au moulin" 2012 – niveau CM, 5 pièces pour acteurs en herbe (comédie, tragicomédie, tragédie, pantomime, théâtre de l'absurde)
Illustrations de Bruno Gibert


Malheureusement les éditions Bourrelier ont mis la clef sous la porte.
Vous pouvez maintenant télécharger cette version théâtrale... sans oublier de prévenir la SACD avant les représentations, car c'est ainsi que vivent les auteurs qui ne se nourrissent pas seulement de mots et d'eau fraîche.



LE MAGICIEN DU DÉSERT
Ann Rocard


Version théâtrale
www.leproscenium.com



LE MAGICIEN DU DÉSERT
Ann Rocard


Version narrative

Dans un immense désert vivait un homme nommé Saleh. Il habitait dans une caverne aux pierres roses et bleues.
Cet homme, encore jeune, avait un étrange regard doré. Il ne parlait jamais, il ne souriait jamais...

Pourtant, que de caravanes traversaient le désert pour le rencontrer !
Car Saleh était magicien. Il n'avait ni baguette, ni tapis volant. Il ne prononçait aucune formule magique. Mais il pouvait, d'un claquement de doigts, faire jaillir l'eau du sable et des pierres.


* * * * *




Un matin, une caravane s'était arrêtée devant la caverne, quand un vieillard à la barbe grise arriva au galop. Il sortit une jarre de son sac et cria :
"Magicien ! J'ai chevauché pendant trois jours et trois nuits. Mon maître, le grand Bassim, t'ordonne de faire naître une source dans cette jarre. Je la lui rapporterai avec précaution... Magicien, sors de ta grotte !"


A côté de lui, une jeune fille s'étonna :
"Tu ne sais donc pas que Saleh ne reçoit d'ordre de personne ?
— Saleh ? grogna le vieillard. Qui est Saleh ?
— Le magicien du désert, expliqua Yasmina, la jeune fille. Mes compagnons et moi-même venons aussi de loin. Nous apportons une pierre de notre village. Saleh écoutera notre histoire... Peut-être fera-t-il jaillir l'eau de ce caillou ? Lui seul jugera."


Le vieillard haussa les épaules :
"Bassim est le roi de mon pays. Ce désert lui appartient. Personne ne désobéit au roi, sous peine de mort !"

Et il ajouta en ricanant :
"D'ailleurs, si ce magicien refuse, c'est lui que je ramènerai au Palais, de gré ou de force."


Saleh se dressa à l'entrée de la caverne. Il avait tout entendu. Son regard étincela... Qu'allait-il faire ? Transformer en rochers ceux qu'il apercevrait ?
Non... Le magicien fit quelques pas. Il claqua des doigts, mais ce ne fut pas l'eau qui jaillit de la jarre. Un gigantesque tourbillon de sable s'éleva vers le ciel. Une véritable tempête de sable brûlant.



* * * * *




Enfin l'ouragan se calma. Yasmina, son frère Youssouf et ses amis cherchèrent des yeux le magicien... Hélas, celui-ci avait disparu.
"C'est sa faute !" cria la jeune fille, en montrant du doigt le vieillard à la barbe grise.
"Attrapons-le !" ordonna Youssouf.


Sans attendre, le vieillard s'enfuit au galop. Aucun dromadaire ne pourrait rejoindre un cheval aussi rapide. Youssouf soupira et décida :
"Rentrons à présent !
— Non, attends..." murmura Yasmina.


La jeune fille ferma les yeux.
Elle avait l'impression qu'une voix résonnait à l'intérieur d'elle-même, une voix inconnue :
"Ecoute, Yasmina. Si tu acceptes de donner ton regard à ceux de ton village, tes larmes ne couleront plus pour rien. Fais ton choix."


Soudain, la jeune fille comprit : Saleh lui parlait. Où était-il ? Elle ne le savait pas. Mais il lui confiait un secret.

Alors, elle choisit, sans hésiter. Pour aider ses amis, ses parents et ses frères, elle perdrait la vue et obéirait à la voix du désert.


* * * * *




Yasmina ouvrit les yeux et Youssouf crut voir le soleil se coucher entre ses cils.
Le regard de la jeune fille n'était plus noir, mais doré comme celui de Saleh.
"Que s'est-il passé ? s'inquiéta Youssouf. Une nouvelle tempête ?
— C'est un peu ça... répondit Yasmina qui ne voyait plus. A partir d'aujourd'hui, je vivrai dans la nuit.”



Une larme roula sur la pierre qu'elle tenait entre ses mains et une source minuscule jaillit sans bruit : l'eau de vie qu'elle rapporterait à son village.


* * * * *




Le lendemain, la caravane quitta la caverne du magicien. La route serait longue.
Chaque soir, Yasmina s'allongeait sous une tente et elle pensait à sa famille. Elle savait qu'elle ne reverrait plus les visages de ses parents et de ses frères. Elle serrait les dents pour ne pas crier.


Une nuit qu'elle ne parvenait pas à dormir, elle entendit de nouveau la voix étrange :
"Yasmina, quitte la caravane et marche vers le nord.
— C'est impossible, protesta la jeune fille. Je n'y vois rien.
— Il fait terriblement sombre pour tout le monde. Ne t'inquiète pas. Garde les yeux fermés et je te guiderai."


Confiante, Yasmina obéit. Elle déposa la pierre près de la tente et s'éloigna. Ses jambes semblaient se diriger toutes seules...
Combien de temps marcha-t-elle ? Trois heures peut-être...


"Assieds-toi ! ordonna enfin la voix. Maintenant, tu peux ouvrir les yeux."

Une vive lumière éblouit Yasmina ; pourtant, le jour se levait à peine. Elle découvrit un homme au regard doré, un homme qui la regardait en souriant et elle sursauta :
"Saleh ! Saleh, le magicien du désert, celui qui ne sourit et ne parle jamais.
— Yasmina aux larmes magiques ! Celle qui vit dans la nuit !" dit Saleh en riant.


Que s'était-il passé ? Pourquoi voyait-elle de nouveau ? Pourquoi Saleh paraissait-il si différent ?
La jeune fille ne comprenait pas, mais elle se mit à rire, elle aussi :
"Avec un magicien, tout peut arriver !
— Viens, dit Saleh. Viens, nous avons une longue route à faire. La Terre a besoin de ruisseaux, de torrents, de rivières. M'aideras-tu ?"



Yasmina sourit et serra la main que lui tendait le magicien.
"Tu ne regretteras pas ton village ? demanda Saleh.
— Non, dit la jeune fille. Youssouf déposera ma pierre près des maisons et l'eau coulera semaine après semaine, mois après mois. Un jour, je reviendrai chez moi. Les plantes auront poussé, les enfants pêcheront au bord d'un lac... Ce jour-là, je leur expliquerai pourquoi j'ai suivi le magicien du désert."


* * * * *




Saleh et Yasmina voyagèrent longtemps aux quatre coins du monde. Sur leur chemin, ils firent jaillir mille cascades et mille sources.
Peut-être marchent-ils encore de montagne en désert... posant sur la terre assoiffée leur étrange regard doré, leurs yeux où le soleil semble se coucher.


J'attends vos illustrations pour égayer cette histoire que j'aime beaucoup.
A très vite !




POUR EN SAVOIR PLUS sur les déserts...
et FICHES PÉDAGOGIQUES



cliquer



Date de création : 23/11/2020 : 10:22
Dernière modification : 04/12/2020 : 16:49
Catégorie : Théâtre et narration
Page lue 105 fois

Prévisualiser la pagePrévisualiser la page

  

Imprimer la pageImprimer la page

trans

Réactions à cet article

Réagir à cet article [ Réagir à cet article ]


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Jeux (lecture et autres)



Jeux de lecture

Jeux de l'oie, de Kim...

trans

À LIRE !

 Histoires (enfants)
 Nouvelles (ados-préados)
 Nouvelles (adultes-gds ados)
 Petites histoires faciles
 Théâtre et narration
 Théâtre à lire et à jouer

trans

Textes interactifs

Chansons

Ecrire avec l'auteure


Textes


Poésies

trans

Artistes

Patrick Rocard
et Nini Geslin -


Galerie de l'auteure


Adret-WebArt


Théâtre de l'Astragale


trans

trans

Haut

trans

Tous les textes présents sur ce site sont la propriété exclusive de l'auteur
conformément au CPI, Code de la Propriété Intellectuelle du 1er juillet 1992

trans

Site fonctionnant sous GuppY v3.0p1 - GNU Public License - © 2002-2004