Page en cours de chargement

  
    
     
trans

 

Le site de Ann Rocard

 

[fr]
trans
[en]

 

Accueil

 

Nouveautés

 

Liens

 

Stats

 

 

Admin

trans

Présentation et bibliographie

Bibliographie
Cliquez (biblio) !
Divers
BIOGRAPHIE. Questions-réponses
Où se procurer livres et CD
Vous cherchez un thème ?
x Ecole Ann Rocard .....
° Âge ciblé
Vous cherchez des conseils en fonction de l'âge ciblé ?

trans

Théâtre, Marionnettes et Musique


• Cliquez !

trans

Recherche sur le site

trans

trans

trans

Expo SANS DEMI-MESURE

SANS DEMI-MESURE
Expo Au Charbon, à Courseulles-sur-mer
du 1er au 30 juin 2021





SANS DEMI-MESURE, une exposition qui allie des tableaux et sculptures de Marc Bisson et des poèmes d’Ann Rocard.



Univers, Big Bang, anthropocène, violence et migrations, nature et renaissance... Tels sont les thèmes abordés.
Le va-et-vient entre mots et œuvres aide à s’immerger dans les peintures, à s’interroger sur le devenir du monde, à cueillir une note d’espoir.






Marc BISSON et Ann ROCARD
Exposition SANS DEMI-MESURE Au Charbon (Courseulles-sur-mer, Calvados) — Juin 2021




Présentation de Marc Bisson


Marc Bisson est peintre, sculpteur et professeur d'arts plastiques.
Son atelier se situe au tiers-lieu Au Charbon, à Courseulles-sur-mer (4 rue Emile Héroult — 14470). C'est dans son atelier qu'il dispense des cours et stages adultes et enfants toute l'année.
Son compte Instagram : marcbissonateliercourseulles


Présentation de Ann Rocard


Pour ceux qui accèdent directement à cette page :
Page d'ouverture du site de l'auteure (www.annrocard.com)




Acrylique et sculpture de Marc BISSON
Textes de Ann ROCARD : Big Bang sur un air de jazz — 1 haïku après le chaos (Corps déstructuré...)
Exposition SANS DEMI-MESURE — Juin 2021




Interview RCF


Vous pouvez écouter l'interview (première diffusion : mercredi 16 juin 2021), réalisée par Sonia Dumesnil pour RCF, en cliquant sur ce lien :

Interview RCF - Cliquez !



Comment est née cette exposition ?


Quelques phrases de l'auteure :

"Il y a quelque temps, Marc Bisson m'a demandé d'écrire des poèmes en lien avec certaines de ses œuvres. Le choix fut difficile car elles sont très nombreuses.

En ce qui concerne les peintures, j'étais comme hypnotisée par les formes, les couleurs, le mouvement, les craquelures... Et rapidement les textes ont pris forme, parfois sans réflexion aucune.
J'ai laissé ensuite les textes se reposer, les relisant de temps en temps à voix haute, modifiant parfois un mot ou une expression.

Plus tard, Marc Bisson m'a présenté différentes sculptures, parfois rescapées d'un chaos imaginaire. J'avais ainsi une base, je savais ce que l'artiste voulait transmettre. J'ai reçu ce message et je l'ai fait mien... De nouveau, les mots ont jailli, portés par les personnages et le cheval en souffrance.

C'est la première fois que nous proposons un travail commun, et ce ne sera sûrement pas la dernière !"





Acrylique de Marc Bisson
Texte de Ann Rocard : Au fond de l'océan.
SANS DEMI-MESURE — Juin 2021




Au fond de l’océan

Au fond de l’océan,
les coraux désespèrent :
les poissons sont absents
et la mer est amère.
Les algues se dénouent
dans l’océan perdu,
car le chant des baleines
ne résonnera plus.

Le soleil s’est noyé,
égaré dans l’abysse.
Quelques rayons épars
sans le moindre solstice.
Pour l’huître délaissée,
une perle d’espoir ?
Pâle consolation,
faire semblant d’y croire,

Au fond de l’océan,
la vie s’est arrêtée.
Seul un soupçon d’azur
pourrait ressusciter
la valse interrompue
des dauphins et des algues,
le rire de l’écume
à la crête des vagues.

Si le soleil renaît,
éternelle illusion,
l’océan chantera
sa réapparition.
Les algues alentour
et les fleurs de coraux
fêteront à nouveau
un monde à contre-jour.

Ann Rocard







Acrylique de Marc Bisson
Texte de Ann Rocard : Sans demi-mesure.
SANS DEMI-MESURE — Juin 2021




Sans demi-mesure

Mer déchaînée,
tempête obscure,
colère sans demi-mesure.
Traînées de feu,
vision future.
Où sera notre sépulture ?

Une poignée d’hommes
en rupture
jette en pâture
l’humanité.
Certains survivent
et se rassurent,
mais les blessures sont gravées
dans la silhouette des arbres,
dans les rochers désagrégés,
dans l’océan où les ophiures
disparurent un soir d’été.

Ann Rocard







Acrylique de Marc Bisson
Texte de Ann Rocard : Entre-deux à l'orée d'un millénaire.
SANS DEMI-MESURE — Juin 2021




Entre-deux à l'orée d'un millénaire

Rencontres surréalistes
à l’orée d’un millénaire,
l’anthropocène entre en scène
et la folie entre en piste.

Entre nous les mots sont rares
et l’entraide est sans entrain.
Egoïsme sans entrave,
altruisme qui s’égare.

Dans ce monde anthropophage,
y a-t-il un entre-deux ?
L’utopie peut-elle survivre
où la violence fait rage ?

A l’entracte, un jour se lève.
Parodie de pantomime,
le spectacle est synonyme
d’un éternel « marche ou crève ! »

Si le bleu d’un ciel se perle,
sans fin l’écume des jours
nous entraîne au fil du temps
sur les vagues qui déferlent.

La vie jaillit sur la grève
des entrailles de la Terre...
Terre de Sienne en suspens,
le temps d’une trêve.

Ann Rocard






Acrylique de Marc Bisson
Texte de Ann Rocard : Effervescence.
SANS DEMI-MESURE — Juin 2021




Effervescence

Laisse-toi porter par le feu
d’une émotion insaisissable.
Le rouge sang s’oppose au bleu,
l’amour pétille en chantefable.

Ecoute le chant des couleurs
qui tourbillonnent dans la nuit,
les battements grenat d’un cœur
baigné de lapis-lazuli.

Plonge sans fin dans un tableau
où les deux couleurs se confrontent.
Enivre-toi du chant des mots,
pigments de l’univers des contes.

Oublie le passé, l’avenir,
apprends à vivre en résonance.
Vibre sans même réfléchir
dans la toile en effervescence.

Ann Rocard







Acrylique de Marc Bisson
Texte de Ann Rocard : Migrations.
SANS DEMI-MESURE — Juin 2021




Migrations

Ils quittent leur pays,
plus rien ne les retient.
Le lointain les attire,
l’espoir du devenir,
l’espoir du presque rien.

Le cycle des saisons où tout se renouvelle
s’est mis à tournoyer.
Sous la terre survit un monde parallèle,
un refuge oublié.

Quand le noir et le blanc se répondent enfin,
les reflets de la nuit posent l’ombre du vent
sur une vie nouvelle
faite d’anachronismes.
Avenir et passé s’entremêlent sans fin.

Jeu d’ombre et de lumière
qui renaît à la vie
après un long voyage,
la descente aux enfers,
un parcours effrayant
qu’ils voudraient effacer.
Ils étaient si nombreux à tout abandonner,
ils arrivent si peu en ce lieu reculé.

Le cycle des saisons où tout se renouvelle
s’est métamorphosé.
Sur la terre survit un monde artificiel,
mais ce n’est pas celui dont ils avaient rêvé.

Ann Rocard







Acrylique de Marc Bisson
Texte de Ann Rocard : Vitesse.
SANS DEMI-MESURE — Juin 2021




Vitesse

Tout va trop vite,
pas une pause,
les perceptions se décomposent.
Dans la prison
des overdoses,
l’univers se métamorphose.

Courir encore,
jusqu’à l’hypnose,
et l’on se croit un virtuose.
A la vitesse
que l’on s’impose,
ce rythme fou nous indispose.

Vivre l’instant,
la demi-pause
avant que la soupape explose.
Et respirer
jusqu’à l’osmose,
s’enivrer du parfum des choses.

Ann Rocard







Expo SANS DEMI-MESURE — Juin 2021
Au Charbon — Courseulles-sur-mer, Calvados.







Acrylique de Marc Bisson
Texte de Ann Rocard : Le sol qui appelait la pluie.
SANS DEMI-MESURE — Juin 2021




Le sol qui appelait la pluie

Je marchais sur le sol qui appelait la pluie.
Le sang avait séché, la guerre était finie.
L’autre existait enfin,
naissance ou renaissance
de cet être ignoré.
Il n’était plus l’image,
le portrait déformé d’un soi-même incrédule.
Il sortait du miroir où il était reclus.

Je marchais sur le sol, m’interrogeant sans cesse.
Ce sol était le pont qui me guidait vers lui.
Pont chancelant sans doute
entre moi et autrui.

Mais quelle était encore
la part de projection
que je mettais en lui ?
Cet autre différent
et semblable à la fois
dont j’ignorais les mots,
les secrets, les croyances.
Il percevait peut-être
sans en avoir conscience
toute une part de moi
qui m’était inconnue.

Par lui se modifie mon approche des autres,
ébranlant peu à peu
mes joies, mes certitudes,
mes pensées, mes valeurs
et ma propre existence.

Je marche sur le sol qui appelle la pluie
et je l’en remercie.

Ann Rocard







Acrylique de Marc Bisson
Texte de Ann Rocard : Donne-moi la main.
SANS DEMI-MESURE — Juin 2021




Donne-moi la main

Donne-moi la main
et franchissons les écueils.
Les saisons s’effeuillent...
Je sais quel est ton destin.

Si la solitude
t’entraîne au bord d’un ravin,
surtout ne crains rien,
nous suivrons la Croix du Sud.

La voix des étoiles
nous guidera sans danger.
Sur la Voie lactée,
nous saurons mettre les voiles.

Donne-moi la main,
sans péril en la demeure.
Ici ou ailleurs,
je changerai ton destin.

Ann Rocard







Acrylique de Marc Bisson
Texte de Ann Rocard : Montres molles à la recherche du temps perdu.
SANS DEMI-MESURE — Juin 2021




Montres molles à la recherche du temps perdu

Les montres molles de Dali
se sont échappées d’un tableau.
Le temps s’effile et se défile
tant et tant de fil en aiguille
sur la pendule du vent d’est.
Les aiguilles sans aiguillage
tournent toutes en sens inverse.

Quelle est la perception du temps
que l’on prend sans savoir le rendre,
comme on prend l’air en respirant ?
Air de musique, air du moment...

Les montres molles se démontent,
montrant des siècles surannés
qui s’écoulaient tel un torrent,
un temps qui sans fin trépassait
car il ne faisait que passer.
Par les temps qui courent
à présent,
on dit que le temps se distend.

Le temps s’enfuit, le temps s’efface
au fond d’un grand miroir sans tain.
Les montres suivent cette trace,
leurs aiguilles
dans un tas de foin.
Elles croient encore au miracle,
à une époque révolue,
quand on écoutait les oracles,
à la recherche
du temps perdu.

Ann Rocard







Acrylique de Marc Bisson
Texte de Ann Rocard : Big Bang sur un air de jazz.
SANS DEMI-MESURE — Juin 2021




Big Bang sur un air de jazz

Te souviens-tu de cet instant ?
Ce fut le jour de ta naissance,
surgie de la non-existence,
de l’énergie et du néant.

On le dit big, on le dit bang...
Un air de jazz
et c’est l’extase !
On le dit bang, on le dit bing...
Les sons éclatent,
tout se dilate.
Ecoute l’univers qui swingue !

Te souviens-tu de cet instant ?
Tu vis jaillir les galaxies,
la lumière au cœur de la nuit,
la force d’un buisson-ardent.

Te souviens-tu de cet instant ?
Tu es l’âme qui se libère,
la mélodie interstellaire,
le souffle bleu de l’ouragan.

Ann Rocard







Sculptures de Marc Bisson
Texte de Ann Rocard : Haïkus après le chaos — 3 des 4 saisons.
SANS DEMI-MESURE — Juin 2021




Remarque de l'auteure :
"J'ai découvert le plaisir d'écrire des haïkus il y a peu de temps. C'était en février dernier pour mon challenge 2021, Les Poèmes de l'aube, que vous pouvez découvrir sur mon site. J'ai alors fait le choix de n'utiliser que deux vers rimés sur trois.

Les haïkus sont de courts poèmes japonais, composés de 3 vers — 5 pieds, 7 pieds, 5 pieds — que l'on prononce sans reprendre sa respiration. Ils me permettent d'exprimer une sensation, une émotion, une image fugace, une interrogation...

Pour cette exposition, SANS DEMI-MESURE, j'ai tout d'abord écrit les 5 haïkus au cœur de l'univers qui correspondent à des éléments disparates d'un tableau de Marc Bisson, puis les 7 haïkus après le chaos pour accompagner ses sculptures en terre — dont les 4 saisons ci-dessous (qu'on peut lire en commençant de préférence par l'automne)... Puis j'ai tenté 3 triples haïkus, proches de la nature."






Sculpture de Marc Bisson
Texte de Ann Rocard : Haïku après le chaos — L'automne.
SANS DEMI-MESURE — Juin 2021




Après le chaos,
l’automne entrouvrit les yeux
Le monde était bleu

Ann Rocard






Sculpture de Marc Bisson
Texte de Ann Rocard : Haïku après le chaos — L'hiver.
SANS DEMI-MESURE — Juin 2021




L’hiver sans regard
attendait dans le brouillard
la fin d’une errance

Ann Rocard






Sculpture de Marc Bisson
Texte de Ann Rocard : Haïku après le chaos — Le printemps.
SANS DEMI-MESURE — Juin 2021




Le printemps renaît
et les tiges s’entremêlent
Mais où iront-elles ?


Ann Rocard






Sculpture de Marc Bisson
Texte de Ann Rocard : Haïku après le chaos — L'été.
SANS DEMI-MESURE — Juin 2021




Un parfum d’été
Les mains ressemblent aux feuilles
des arbres en deuil

Ann Rocard





Haïkus des 4 saisons après le chaos

Après le chaos,
l’automne entrouvrit les yeux
Le monde était bleu

L’hiver sans regard
attendait dans le brouillard
la fin d’une errance

Le printemps renaît
et les tiges s’entremêlent
Mais où iront-elles ?

Un parfum d’été
Les mains ressemblent aux feuilles
des arbres en deuil

Ann Rocard







Acrylique de Marc Bisson
Texte de Ann Rocard : Résonance.
SANS DEMI-MESURE — Juin 2021




Résonance

refrain :
Dans un état de résonance,
où soudain tout devient écho,
il n’y a plus ni bas ni haut,
il ne reste que l’insouciance
de la musique
qui nous envoûte,
de la musique
qui nous déroute...
quand le tempo nous met en transe.

1- Notre monde est désaccordé,
notre vie est désenchantée.
Les fausses notes nous écorchent,
les doubles-croches se décrochent.
Mais quand la musique résonne,
nous sentons le fil invisible
qui nous relie à l’indicible.
L’onde frémit, l’onde détonne.

2- Les pieds posés sur les nuages,
le monde paraît différent.
Les yeux rivés sur l’océan,
nous vibrons au sein des mirages.
Quand la musique nous attire,
les couleurs volent en éclats,
coup de trombone ou de tuba
comme un immense éclat de rire.

Paroles de Ann Rocard
Musique de Thierry Lhiver







Acrylique de Marc Bisson
Texte de Ann Rocard : Souffle.
SANS DEMI-MESURE — Juin 2021




Souffle

Respire le parfum de ta vie intérieure,
le battement léger au niveau de tes tempes,
la caresse des blancs et le bleu d’une estampe.
Ton cœur se régénère et tu rêves sans peur.

Le souffle t’accompagne
jusqu’à la dernière heure.
Tu le suis au passage
entre terre et nuages.
Le vent presque irréel
va et vient en douceur.
Une énergie vitale
qui apaise la nuit.
Vent de mer et d’embruns,
vent de ciel rose et gris,
vent des sables lointains,
des neiges de l’oubli.

Plonge dans le silence
qui n’a plus de limites.
Tu y puises l’errance
de celui qui sourit.
Les pensées s’évanouissent,
seul demeure le souffle...
Puis cueille ce silence,
il est là, il te berce.
Tout n’est plus qu’harmonie.

Quand l’air s’immobilise,
le silence s’impose.
Cette énergie relie la matière et l’esprit.
Et tu fermes les yeux,
effleurant le mystère
de la sérénité,
horizon spirituel d’un éther infini.

Ann Rocard








Acrylique de Marc Bisson
Texte de Ann Rocard : Conflit sans excuse.
SANS DEMI-MESURE — Juin 2021




Conflit sans excuse

Tu regardes les flammes
et la lave en fusion...
et tu te remémores
une époque lointaine.
Tu ne sais plus très bien
quelle était la raison
de ce déchaînement
à la fin incertaine.

Tu n’étais qu’un enfant
timide et silencieux,
perdu dans l’ouragan
d’un conflit sans excuse.
Tu courais dans les rues,
le ciel était en feu.
Tu fuyais la lumière
que les flammes diffusent.

Les images sont là
dans l’âtre de la vie.
Elles pleurent encore,
gravées dans ta mémoire.
Tu ne sais toujours pas
quel instinct de survie
t’a mené jusqu’ici...
Il est tard,
tu t’envoles,
car c’est ton dernier soir.

Ann Rocard








Acrylique de Marc Bisson
Texte de Ann Rocard : 5 haïkus au cœur de l'univers.
SANS DEMI-MESURE — Juin 2021




5 haïkus au cœur de l'univers

Cœur de l’univers
Des rencontres insolites
Qu’advient-il ensuite ?


Un songe irréel
dans l’espace interstellaire
Espoir essentiel


Echappée de mots
et le cosmos s’illumine
Multiples échos


Eclat de lumière
L’absence devient matière
Où sont les limites ?


Les vies s’entrelacent
aux confins des galaxies
Espace infini

Ann Rocard







Acrylique de Marc Bisson
Texte de Ann Rocard : Clair-obscur
SANS DEMI-MESURE — Juin 2021




Clair-obscur

Ecoutons le merle siffleur
répéter au bord du ruisseau
un refrain jaune en la mineur.
Laissons s’envoler les oiseaux.

Quelques trilles dans les ramures,
un avenir de bon augure.

Laissons éclater les couleurs
entre cobalt et amarante,
dans les sous-bois, les champs de fleurs,
topaze, émeraude ou vert menthe.

Fenêtre ouverte
sur la nature,
espace sans caricature.

Laissons l’insecte qui effleure
les étamines, les pétales
d’un bouquet de pois de senteur...
et laissons chanter les cigales.

Parfois le soir,
un clair-obscur,
tableau d’une vision future.
Renaissance et enluminure.

Ann Rocard







Sculpture de Marc Bisson
Texte de Ann Rocard : 7 haïkus après le chaos — La Connaissance.
SANS DEMI-MESURE — Juin 2021




Haïku après le chaos — La Connaissance

Bribes de silence
et quête sans devenir
de la Connaissance

Ann Rocard







Sculpture de Marc Bisson
Texte de Ann Rocard : 7 haïkus après le chaos — Cheval en souffrance.
SANS DEMI-MESURE — Juin 2021




Haïku après le chaos — Cheval en souffrance

Cheval en souffrance
Qui saura s’en émouvoir
loin des apparences ?

Ann Rocard







Sculpture de Marc Bisson
Texte de Ann Rocard : 7 haïkus après le chaos — Corps déstructuré...
SANS DEMI-MESURE — Juin 2021




Haïku après le chaos — Corps détructuré...

Corps déstructuré
par les sursauts de la vie
Etrange agonie

Ann Rocard





7 haïkus après le chaos

Bribes de silence
et quête sans devenir
de la Connaissance


Cheval en souffrance
Qui saura s’en émouvoir
loin des apparences ?


Corps déstructuré
par les sursauts de la vie
Etrange agonie


Après le chaos,
l’automne entrouvrit les yeux
Le monde était bleu


L’hiver sans regard
attendait dans le brouillard
la fin d’une errance


Le printemps renaît
et les tiges s’entremêlent
Mais où iront-elles ?


Un parfum d’été
Les mains ressemblent aux feuilles
des arbres en deuil

Ann Rocard







Une des trois acryliques sur papier, de Marc Bisson,
accompagnées par des triples haïkus.
SANS DEMI-MESURE — Juin 2021







Acrylique de Marc Bisson
Texte de Ann Rocard : La voie du torrent (triple haïku).
SANS DEMI-MESURE — Juin 2021




La voie du torrent
Triple haïku


Le torrent l’emporte
entre les fleurs éclatées
le cri des rochers

Le torrent l’emporte
loin du bleu de son enfance
dans l’indifférence

Le torrent l’emporte
Quand il rejoindra la mer
viendra la lumière

Ann Rocard







Acrylique de Marc Bisson
Texte de Ann Rocard : La complainte du vent (triple haïku).
SANS DEMI-MESURE — Juin 2021




La complainte du vent
Triple haïku


Entre chien et loup
le vent siffle et se déchaîne
Issue incertaine

Entre chien et loup
le vent pleure et se lamente
puis se réinvente

Entre chien et loup
le vent n’est plus que la brise
que l’aube dégrise

Ann Rocard







Acrylique de Marc Bisson
Texte de Ann Rocard : Havre de paix (triple haïku).
SANS DEMI-MESURE — Juin 2021




Havre de paix
Triple haïku


Un havre de paix
où chantonne une cascade
Quelle est sa ballade ?

Un havre de paix
orangé vert et grenat
lui donne le la

Un havre de paix
et la vie reprend son cours
Point de non-retour

Ann Rocard





Et pour clore cette exposition, un élément venu de l'espace :
une météorite qui nous a été généreusement prêtée.
Nous remercions chaleureusement sa propriétaire.





Météorite
Texte de Ann Rocard : Météorite.
SANS DEMI-MESURE — Juin 2021




Météorite

Météorite
venue d’ailleurs,
tel un étonnant voyageur.
Témoin fidèle
en ut mineur.

Ecoute le murmure astral,
l’immensité qui se dévoile
dans le vide intersidéral.

Météorite
venue d’ailleurs,
semblable aux oiseaux migrateurs...
au fil du vent,
au gré des heures.

Ebauche d’un porte-bonheur.

Ann Rocard




***






Date de création : 04/06/2021 : 10:04
Dernière modification : 20/06/2021 : 09:27
Catégorie :
Page lue 241 fois

Prévisualiser la pagePrévisualiser la page

  

Imprimer la pageImprimer la page

trans

Réactions à cet article

Réagir à cet article [ Réagir à cet article ]


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Jeux (lecture et autres)



Jeux de lecture

Jeux de l'oie, de Kim...

trans

À LIRE !

 Histoires (enfants)
 Nouvelles (ados-préados)
 Nouvelles (adultes-gds ados)
 Petites histoires faciles
 Théâtre et narration
 Théâtre à lire et à jouer

trans

Textes interactifs

Chansons

Ecrire avec l'auteure


Textes


Poésies

trans

Artistes

Patrick Rocard
et Nini Geslin -


Galerie de l'auteure


Adret-WebArt


Théâtre de l'Astragale


trans

trans

Haut

trans

Tous les textes présents sur ce site sont la propriété exclusive de l'auteur
conformément au CPI, Code de la Propriété Intellectuelle du 1er juillet 1992

trans

Site fonctionnant sous GuppY v3.0p1 - GNU Public License - © 2002-2004