Page en cours de chargement

  
    
     
trans

 

Le site de Ann Rocard

 

[fr]
trans
[en]

 

Accueil

 

Nouveautés

 

Liens

 

Stats

 

 

Admin

trans

Présentation et bibliographie

Bibliographie
Cliquez (biblio) !
Divers
BIOGRAPHIE. Questions-réponses
Où se procurer livres et CD
Vous cherchez un thème ?
x Ecole Ann Rocard .....
° Âge ciblé
Vous cherchez des conseils en fonction de l'âge ciblé ?

trans

Théâtre, Marionnettes et Musique


• Cliquez !

trans

Visites

  visiteurs

  visiteurs en ligne

trans

Recherche sur le site

trans

trans

trans

pour les CE-CM : Pourquoi le directeur portait-il des bretelles rouges ?

POURQUOI LE DIRECTEUR PORTAIT-IL DES BRETELLES ROUGES ?



(histoire parue dans la collection Hachette Vacances)

POURQUOI LE DIRECTEUR PORTAIT-IL DES BRETELLES ROUGES ? - Ann Rocard


Florent et Sonia allaient à la même école, rue du général Krapo.
Ils avaient la même maîtresse, madame Biglette qui portait bien son nom : elle n’y voyait pas à plus de trois mètres.
Florent et Sonia s’entendaient à merveille. Amoureux ? Non, mais inséparables.

Comme chaque matin, Florent rejoignit Sonia dans la cour de l’école :
« Salut !
— Tu as vu ? chuchota Sonia.
— Vu qui ? Vu quoi ?
— Le directeur... »

Florent se retourna : le directeur se tenait près de l’entrée, pareil à lui-même, sourcils en broussaille, moustache en bataille.
« Eh bien, que se passe-t-il ? s’étonna Florent.
— Il a mis des bretelles rouges », murmura Sonia.

Florent haussa les épaules : des bretelles rouges ! Et alors ? D’habitude, elles étaient jaunes. Cela n’avait aucune importance.
Mais Sonia prenait un air si mystérieux que Florent finit par s’inquiéter :
« Tu sais quelque chose ?
— Je ne sais pas. Je sens ! »

Florent renifla un grand coup, mais il ne sentit rien du tout.
« Je sens là ! » ajouta Sonia en se frappant le front.
Florent éclata de rire :
« Ah, ah, ah ! Drôle de nez ! Tu n’aurais pas un rhume de cerveau, par hasard ? »
Soudain Florent cessa de rire : le directeur tirait sur ses bretelles d’une drôle de façon : une fois à droite, deux fois à gauche... Puis il frappa dans ses mains et les élèves gagnèrent le hall.

Toute la journée, Florent et Sonia se lancèrent des coups d’œil complices.
La grande question était posée : POURQUOI LE DIRECTEUR PORTAIT-IL DES BRETELLES ROUGES ?

* * * * *



Pendant que la maîtresse écrivait au tableau, les deux enfants regardaient par la fenêtre.
Décidément, le directeur avait un comportement bizarre ! Il sortait sans arrêt de son bureau, marchait à grands pas dans la cour et tiraillait ses bretelles.
« Forent ! lança madame Biglette. Qu’est-ce que je viens de dire ?
— Heu...
— Mais encore ? insista la maîtresse.
— Bre... bre... bretelles rouges... » bafouilla Florent.

Toute la classe éclata de rire. Madame Biglette essuya ses lunettes et écarquilla les yeux :
« Tu as bien entendu ma question ?
— Heu... oui...
— Que portait Napoléon ? Des bretelles rouges ? »
La maîtresse hocha la tête et ajouta :
« Hum... Pourquoi pas ? Le directeur en porte bien ce matin. »
Ça alors ! Madame Biglette, elle aussi, l’avait remarqué ! Sonia et Florent en restèrent bouche bée.

* * * * *



Le lendemain samedi, les élèves attendaient seuls dans la classe, quand le directeur entra :
« Bonjour, les enfants ! Madame Biglette sera absente jusqu’à vendredi prochain. Je vais vous surveiller jusqu’à l’arrivée du remplaçant.
— C’est plutôt nous qui le surveillerons... » murmura Sonia.

En effet, pendant toute la matinée, elle ne le quitta pas des yeux : le directeur s’approchait souvent de la fenêtre, puis griffonnait quelques signes sur une feuille de papier.
« Regarde la maison aux volets bleus, chuchota Florent. De temps en temps, une lampe s’allume et s’éteint. C’est peut-être un code secret.
— Cherche dans le dictionnaire à la lettre M, conseilla Sonia.
— La lettre M ? Tu ne sais pas écrire MAISON ? »
Sonia haussa les épaules :
« M comme MORSE, gros MALIN ! C’est sûrement du code morse. »

Florent feuilleta rapidement le dictionnaire et trouva enfin ce qu’il cherchait :

ALPHABET MORSE

a : • —
b : — • • •
c : — • — •
d : — • •
e : •
f : • • — •
g : — — •
h : • • • •
i : • •
j : • — — —
k : — • —
l : • — • •
m : — —
n : — •
o : — — —
p : • — — •
q : — — • —
r : • — •
s : • • •
t : —
u : • • —
v : • • • —
w : • — —
x : — • • —
y : — • — —
z : — — • •

1 : • — — — —
2 : • • — — —
3 : • • • — —
4 : • • • • —
5 : • • • • •
6 : — • • • •
7 : — — • • •
8 : — — — • •
9 : — — — — •
0 : — — — — —





Pendant ce temps, la lampe clignotait toujours : bref, long, bref...

• — •

— • •

• • • —

• • — — —

• • — — —

• • • •



Les deux enfants n’eurent le temps de déchiffrer que la fin du message :

R D V 22 H



et la lampe s’éteignit définitivement.

« Sortez en récréation ! » dit le directeur de sa grosse voix.
Et les élèves s’éparpillèrent...

Dans la cour, Florent et Sonia ne savaient que faire. S’ils racontaient cette histoire à la police, personne ne les croirait.
« Et ton oncle qui travaille à la mairie ? demanda Sonia.
— Il me dira que je regarde trop de films policiers, soupira Florent. Nous devons nous débrouiller tout seuls.
— Tu es fou ! sursauta Sonia. Si le directeur est un bandit de grand chemin, c’est terriblement, affreusement, horriblement dangereux ! »

Qu’allaient-ils décider ?
Un RDV, sans doute un rendez-vous, était fixé à 22 heures.
Mais quand et où ? Se rendraient-ils ce soir dans le jardin de la maison aux volets bleus ? Ils n’en savaient encore rien.

* * * * *



La nuit venue, il était presque vingt-deux heures, quand Florent et Sonia se retrouvèrent près de l’école.
« Tu as prévenu tes parents ? demanda Florent.
— Je n’ai pas osé, avoua Sonia.
— Moi, c’est pareil. Chut ! Regarde cette ombre : on dirait le directeur ! Cachons-nous... » ordonna Florent.

……………………………………………………………………

……………………………………………………………………

……………………………………………………………………

……………………………………………………………………

……………………………………………………………………

……………………………………………………………………



Terrifiés, Florent et Sonia s’enfuirent à toute vitesse et rentrèrent chez eux.

* * * * *



Au début de la semaine suivante, les élèves découvrirent un étrange article dans le journal :

TAUPEVILLE
ARRESTATION D’UN ESPION


Maurice Gromino, directeur de l’école,
rue du général Krapo


Samedi soir, la police a arrêté un groupe d’espions qui se cachait dans une maison aux volets bleus. Le chef de la bande, Maurice Gromino, leur remettait chaque mois des renseignements ultrasecrets. Quand Gromino possédait des documents confidentiels à transmettre rapidement, il utilisait un signe de ralliement plutôt voyant : il portait des bretelles rouges. Suite page 12.



L’événement était tellement exceptionnel que madame Biglette renonça à son arrêt et regagna l’école.
Les enfants n’en revenaient pas : le directeur, un espion ! C’était incroyable, inimaginable !
Seuls, Florent et Sonia restaient à l’écart.
« Je ne m’étais pas trompée, dit Sonia. Je l’avais senti...
— Malgré ton rhume de cerveau, tu as vraiment du nez ! » reconnut Florent.

Soudain, Sonia s’immobilisa et chuchota :
« Tu as vu ?
— Vu qui ? Vu quoi ?
— La maîtresse ! Elle a mis des lunettes vertes !
— Tu sais quelque chose ? s’inquiéta Florent.
— Je ne sais pas. Je sens. »

……………………………………………………………………

……………………………………………………………………

……………………………………………………………………

……………………………………………………………………

……………………………………………………………………

……………………………………………………………………





Date de création : 04/12/2006 : 21:00
Dernière modification : 03/06/2008 : 08:48
Catégorie :
Page lue 3426 fois

Prévisualiser la pagePrévisualiser la page

  

Imprimer la pageImprimer la page

trans

Réactions à cet article

Réagir à cet article [ Réagir à cet article ]


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Jeux (lecture et autres)



Jeux de lecture

Jeux de l'oie, de Kim...

trans

À LIRE !

 Histoires (enfants)
 Nouvelles (ados-préados)
 Nouvelles (adultes-gds ados)
 Petites histoires faciles
 Théâtre et narration
 Théâtre à lire et à jouer

trans

Textes interactifs

Chansons

Ecrire avec l'auteure


Textes


Poésies

trans

Artistes

Patrick Rocard
et Nini Geslin -


Galerie de l'auteure


Adret-WebArt


Théâtre de l'Astragale


trans

trans

Haut

trans

Tous les textes présents sur ce site sont la propriété exclusive de l'auteur
conformément au CPI, Code de la Propriété Intellectuelle du 1er juillet 1992

trans

Site fonctionnant sous GuppY v3.0p1 - GNU Public License - © 2002-2004